Salina

Salina , les trois exils

Adaptation et mise en scène : Khadija El Mahdi & Bruno Bernardin
Résidences artistiques de création courant 2021 / Exploitation et diffusion du spectacle saison 2021-2022

Malaka se doit de raconter le récit de la vie de sa mère. Salina est l’enfant de sel qui a été abandonnée aux portes de la citadelle par un mystérieux cavalier. Recueillie par Mamambala, elle est finalement adoptée par le clan Djimba. Plus elle grandit, plus elle s’éprend de Kano, mais c’est à Saro, son frère aîné que le clan Djimba la destine. Mariée contre sa volonté, brutalisée et humiliée, Salina refuse de se soumettre. Lorsque sur le champ de bataille, elle ne porte pas secours à son époux agonisant, la tribu la juge, garde son enfant et la bannit. Seule dans un désert de sable, ivre de colère et de rage, elle donne naissance à un enfant qu’elle élèvera dans l’obsession de la vengeance

Un drame antique venu d’Afrique.

Ce texte contemporain, construit sous forme de triptyque, ouvre l’espace de la tragédie antique à d’autres univers. En réécrivant certains mythes, en variant les formes dramatiques et en mêlant les genres.

Moi, Malaka, fils élevé dans le désert par une mère qui parlait aux pierres, je vais raconter Salina, la femme aux trois exils. Je vais dire ma mère qui gît là, au fond de la barque, et le monde qui apparaîtra sera fait de poussière et de cris. À l’époque où le monde a accueilli sa vie, il y avait des soleils qui faisaient saigner la peau et un désir de vengeance sauvage. À l’époque où le monde a accueilli sa vie, il y avait une enfant venue de nulle part. Elle est née loin, Salina, si loin que personne ne connaît le lieu exact ni de qui elle fut l’enfant, pas même elle. Moi, Malaka, qui dois faire le récit de sa vie pour que le cimetière décide de s’ouvrir ou pas, je choisis de commencer ce jour de marche, à l’autre bout de sa vie, car c’est là que tout débute. Un jour de chaleur épaisse où un village entier a tourné la tête vers les montagnes. Les mots que je vais prononcer, je les tiens de loin. Je n’ai pas connu ces jours rêches de combat. Ma mère me les a racontés mais elle ne s’en souvenait pas non plus. Elle les tenait d’une autre voix : celle de Mamambala. C’est elle qui lui a raconté ce que je vais dire. Moi, Malaka, fils d’une longue chaîne de voix, je reprends le récit d’avant ma vie et de bouche en bouche, de veillée en veillée, je vous fais parvenir ce que fut cette journée. Ne vous fiez pas à ma solitude, nous sommes nombreux dans cette barque : tout un monde se présente à vous par ma voix.

Salina, les trois exils, a reçu le Grand Prix du Roman Métis 2019, le Prix du Roman Métis des Lecteurs 2019 et le Prix du Roman Métis des Lycéens 2019.

Distribution:

Myriam Bella : Salina – Alika
Lahcen Razzougui : Malaka – Saro
Khadija El Mahdi : Salina – Mamambala
Giovanni Vitello : Darzagar & l’Aliéné
Chantal Gallier : Khaya Djimba
Vedat Allak : Kano – Sissoko

Équipe artistique:

Joëlle Loucif : Plasticienne et Créatrice des costumes
Stefano Perocco di Meduna : Scénographe
Celia Idir :
Création lumière
Antoine Loubat : Illustrateur – Graphiste
Elodie Kugelmann : Attachée de presse